PVT Canada : bilan des 6 mois

PVT Canada : bilan des 6 mois

Après quelques mois d’absence, j’avais envie de reprendre le blog ! Beaucoup de choses se sont passées entre mon dernier article. Long story, short story, après mon voyage solo de plusieurs mois, j’habite maintenant au Canada. Et c’est marrant de reprendre aujourd’hui le blog, car il y a 6 mois, jour pour jour, je posais mes valises ici, à Montréal ! L’occasion de vous en parler et de se faire un premier bilan ensemble !

Pourquoi vivre au Canada ?

Je ne vais pas rentrer dans les détails « techniques » ici car l’article serait alors trop long. Je vous ferai plutôt un second article avec une FAQ prochainement.

Pour résumé, lorsque j’ai préparé mon voyage solo, j’ai également fait une demande de visa PVT pour le Canada. Je voulais revivre une expatriation après l’Australie et le Canada m’attirait.

Ce visa s’obtient suivant un tirage au sort. Certains l’ont en une semaine, quand d’autres attendent trois ans pour le recevoir. Je l’ai eu au bout de 5 mois. Mon copain l’a aussi demandé et ne l’a jamais eu. Il est donc parti avec moi, sous le statut de conjoint de fait. On est arrivé ensemble fin avril et on peut rester ici deux ans.

Les premiers mois au Canada

Le 27 avril, on a dit aurevoir à nos familles et on a sauté dans un avion pour Montréal. On a choisi cette ville assez rapidement. Toronto ne nous attirait pas trop, Vancouver nous faisait de l’œil, mais la vie est plus chère. Les retours qu’on avait de Montréal étaient bons, alors le choix s’est fait assez naturellement.

Montréal

Montréal est une ville super agréable et vraiment belle. On s’y sent bien, c’est sécuritaire, elle n’est ni trop grande, ni trop petite et il suffit de rouler une heure de temps pour sortir complètement de la ville et se retrouver en pleine nature.

Je pense qu’on est arrivé au bon moment car on a pu profiter à fond du printemps, puis de l’été. Le nombre de festivals, concerts et évènements qui sont organisés ici l’été est dingue, tout comme les quartiers qui ont tous une ambiance différente. Je trouve que c’est un parfait mix entre l’influence nord américaine et une autre plus européenne/française.

Logement et job

Avant notre départ, nous avions réservé un airbnb pour deux semaines, le temps de trouver un appartement. Finalement on aura enchaîné 5 logements en 4 mois ! On a emménagé dans notre appart début septembre et depuis on se sent enfin comme à la maison.

Côté job, c’était la première étape urgente à régler. Je devais rapidement trouver un emploi qualifié pour que mon copain puisse se greffer sur mon visa et avoir le droit, lui aussi, de travailler. Finalement j’ai décroché un job dans ma branche au bout d’un mois et demi et nous travaillons maintenant tous les deux.

L’expatriation

En arrivant ici, on avait aucune attente, aucune pression et aucune vision à long terme. Ce que je veux dire par là, c’est que pour nous, le Canada est une aventure vraiment cool de plus dans notre vie. Peut-être qu’on y restera 9 mois, deux ans comme toute une vie. On verra bien !

En ayant déjà fait ça en Australie, on savait ce qui nous attendait sur le côté « je recommence ma vie à des milliers de kilomètres de mon pays d’origine ». Les démarches, la paperasse, les premiers jours, la recherche de job, d’appartement. C’est excitant, c’est nouveau, c’est génial et parfois, c’est un peu difficile aussi.

En fait, après avoir voyagé toute seule plusieurs mois, j’étais presque « triste » de quitter aussi vite ma famille et mes amis de nouveau. J’aurai voulu rester un peu plus en France pour souffler et profiter au maximum d’eux. Et finalement, c’est ça qui a été le plus difficile à gérer de mon côté. Un mois et demi après notre arrivée à Montréal, j’ai perdu ma grand-mère. J’ai donc fait un aller/retour express en France d’une semaine et le lendemain de mon retour, je commençais mon nouveau job ici. Je pense que le fait d’avoir vécu un deuil à distance, d’enchaîner beaucoup de changements de vie, ça m’a un peu déstabilisée.

Les premiers mois étaient donc en dent de scie, un jour au top, le lendemain c’était la grande déprime. J’ai voulu abandonner plein de fois, rentrer en France « parce que c’est plus facile ». Mais avec le temps (et la grande patience de mon copain), ça s’est estompé.

Notre vie ici

Aujourd’hui, ça fait 6 mois déjà qu’on vit ici et je profite de cette expérience à fond. On connait maintenant bien Montréal, la vie est douce, l’énergie est bonne, les gens sont gentils, on a pu voyager, découvrir une partie du Québec, se faire des weekends chalets entre copains. Bref, la qualité de vie est bonne et on s’y sent bien !

Le fait de parler français aide aussi forcément l’intégration. En Australie, je parlais tout le temps en anglais, c’était une immersion totale dans un pays étranger. Ici, bien que je passe de l’anglais au français toute la journée car je travaille dans un environnement franco-anglais, je n’ai pas l’impression d’être loin de la France.

La prochaine étape ? L’hiver ! J’ai beau venir de Savoie et avoir l’habitude de la neige, j’appréhende quand même la longueur de l’hiver ! On s’en reparle lors du prochain bilan ?

Crédit photo / Nicolas Godineau

2 Commentaires

  1. Occhilupo
    Oct 28, 2019 / 1:26

    Bonjour, merci pour cet article très intéressant. Je me permets de vous écrire car j’ai quelques questions et vous allez peut être pouvoir m’éclairer
    J’ai le projet de partir au Canada avec mon copain. Nous allons faire une demande de PVT pour 2020.
    Je sais qu’il est difficile d’obtenir le visa et encore plus quand on est à 2.
    Vous expliquez que votre copain a pu vous accompagnez en tant que « conjoint de fait «  car il n’avait pas eu son visa.
    Est-il possible de le faire pour tout le monde ? Dans le cas où l’un des 2 n’arrive pas à avoir son visa ? Ou faut-il respecter certaines conditions ?
    Et concernant le travail, si la personne qui a réussi à obtenir son PVT trouve un travail là-bas, le conjoint peut alors travailler ?
    Merci à vous ☺️

    • MyFrenchMuse
      Auteur
      Nov 30, 2019 / 6:39

      Hello Lisa,

      Désolé pour ma réponse tardive. Pour le conjoint de fait, tu dois préparer des papiers avant (justificatifs que vous êtes ensemble depuis un an minimum, bail etc) puis une fois arrivé au Canada, celui qui a le PVT doit trouver un job qualifié, de 6 mois ou plus et min. 30h par semaine (il y a plusieurs catégories de taff admissibiles que tu peux trouver sur le site du gouv’canadien aussi). Une fois que tu as trois fiches de paie de cet emploi + tous les papiers demandés, vous pouvrrez aller à la frontière pour faire le tour du poteau. Celui qui n’a pas le PVT a alors un permis de travail de la durée du PVT de l’autre, soit généralement deux ans aussi et il est libre de travailler où il veut.

      Je te conseille vraiment le site https://pvtistes.net/ car tout est très bien expliqué sur le conjoint de fait.
      Bonne chance pour le PVT !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d’apparaître.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.